Anonymous au pouvoir

Suite à la fermeture du site megaupload ce soir, la réaction du groupe Anonymous ne s’est pas fait attendre. On se croirait dans un film d’action.

Ce soir, la meilleure des séries à suivre est sur twitter où sont annoncés les uns après les autres les sites qui tombent comme des mouches face au plus grand groupe de piratage du monde.

Voici la liste que j’ai pu récupérer :

-FBI
-Hadopi (site officiel + page wiki)
-Maison Blanche
-Universal
-www.justice.gov
-mpaa
-riaa.org

Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous. Nous sommes Anonymous…

edit :
00:50 – Bgi.com

1:20

150 sites annoncés comme hackés aux USA

1:23
Wmg.com

1:35
site de la warner tombé

Du coté de l’écriture !

Bon, encore une fois je disparais de mon propre blog pendant quelques jours sans prévenir… Bah ! Vous avez l’habitude maintenant !

Quelques news du coté de l’écriture, donc !

X-Men : Rebirth

Pour celle ci, le rythme de croisière est prit. J’ai du mal à faire des chapitres aussi longs que je le voudrais à cause du rythme d’un tous les quinze jours. Je tourne autour de 2 000 mots à chaque fois. C’est pas trop mal, mais je pourrais mieux faire. Je pense que je prendrais le mois de février pour prendre de l’avance dans l’écriture et du coup que je pourrais grimper de mille mots chaque chapitre.

D’ailleurs, je tiens une nouvelle fois à remercier mes deux bêtas lectrices : Céline L. et Elodie C. pour le merveilleux travail qu’elles font ! Je pense que je n’aurais pas réussi à avancer autant sans elles !

Le dernier Sceau

Cette histoire là, elle n’est pas encore publiée sur le net. En fait, elle ne le sera que si je suis prise sur les Werewolf studios. Je peux donc avancer tranquillement, à mon rythme. Pour le moment, seul le prologue et le premier chapitre sont bouclés. J’ai quelques idées pour le second, il ne me reste plus qu’à commencer à écrire. On verra ça ce week end !

Equilibre

J’entame le dixième chapitre ce soir, et j’ai déjà une centaine de pages. Je suis fière de moi. après dix longues années à ruminer cette histoire, voilà qu’elle sort enfin de ma plume, et en plus j’arrive à rendre exactement ce que je voulais. Mon héroine n’est pas encore morte, alors que je ne dépassais pas les cinq chapitres avant. ça prouve que c’est le ‘bon moment’ pour l’écrire.

J’avoue qu’avoir les impressions de Kalyso après chaque chapitre, ça aide vachement. Je suis comme ça certaine que chaque chose est à sa place et que le message est bien passé. Du coup, ça me motive encore plus à avancer. J’ai aussi appris une leçon grâce à soso : moi qui déteste quand l’intrigue s’éloigne du personnage principal quand je suis lectrice, j’ai découvert qu’en fait c’étaient les personnages secondaires qui donnaient à l’histoire sa profondeur. Je pense que ça m’a fait grandir un petit peu plus !

Plus qu’à le finir et à tenter de l’éditer !

Vamp’yr est toujours au point mort, j’ai pas mal de corrections à faire dessus avant de pouvoir recommencer à avancer. J’ai juste pas le courage de les faire. Bouh ! vilaine louha. Bon, d’un autre coté, revenir une énième fois sur la scène de torture bien glauque… franchement ça ne donne pas envie. Et puis, il y a les explications d’Iva…. qui sont totalement embrouillées. Pffff ! En fait, j’ai tellement évolué grâce aux Studios, que mon style d’avant me paraît fade. Il faudrait presque que je reprenne tout et que je le réécrive. Pas le courage, et pas vraiment le temps avec les autres projets qui me mangent mes journées !

Et, pour finir, j’ai eu une nouvelle idée d’histoire. Elle m’est venue à cause de mon inscription sur un forum RP. Le personnage que j’ai fait, au départ ne devait pas être comme ça. Elle est devenue toute seule quelque chose, et franchement j’ai depuis un million d’idées et de mises en situations qui me viennent à l’esprit. J’ai pensé réadapter le monde (qui est basé sur Harry Potter) en quelque chose d’autre, de plus personnel. Et puis, on verra pour se lancer sur l’écriture. Je ne suis pas encore certaine que ça sorte de mon disque dur. Déjà parce que j’ai peur que l’inspiration HP soit trop présente. On verra !

J’ai du coup du mal à avancer sur d’autres projets : des nouvelles courtes, des petits textes amusants, des drabbles, les 500 rêves de béa. Il me faudrait des journées plus longues, et surtout que je sois moins fatiguées. 10 kilos perdus en 15 jours, ça a épuisé mon corps. Le début d’année est difficile.

A part ça, j’ai eu ma titiiiiiiine ! *hystérie mode* mais ça sera l’objet d’un autre article !

Mission impossible : Protocole Fantôme

Pitch :
Après un gros bim boum dans le Kremlin, Tommy se retrouve tout seul avec trois acolytes pour sauver le monde d’une guerre nucléaire.

Désolée pour le tournage en ridicule du synopsis, j’ai franchement pas grand chose de plus à dire dessus Ou alors, ça serait aller faire un copié collé sur allociné ou sens critique, et j’aime pas faire des copiés collés de ce que les autres ont écrit : c’est mal.

Bref. Passons à la critique. Je tiens à dire qu’elle sera fortement influencée par le fait qu’en ce moment je suis crevée et que la moindre chose qui me permet de me changer les idées sans bouger, je prends.

J’ai bien aimé. J’ai ris, j’ai fermé les yeux sur les cascades à plus de cent mètres de hauteur.

C’est p’têtre pour ça que j’ai pas vu le fond vert dont beaucoup de mes contacts parlent. Bref.

De toute façon, quand on va voir du mission impossible dans sa version film, il ne faut pas s’attendre à du grandiose. On sait à quoi s’attendre. J’en attendais même moins que ce qu’on m’a donné.

Il y a bien sur pas mal de truc qui collent pas. Genre, des incohérences : le mec qui vient d’avoir une clé USB qui se contente de la poser sur une super table et hop, magie magie : elle est lue. J’veux la même technologie dans mon salon ! c’est tellement pratique de ne pas avoir a brancher les trucs pour que ça marche.

Genre, juste après avoir posé cette même clé usb, il passe un coup de fil et, hop il se retourne vers ses camarades et leur fait un briefing alors que 5 minutes avant il savait pas qu’il allait avoir une nouvelle mission.

Ah, ouais : genre j’attache une fusée de détresse à un mec mort au fond de l’eau et je le pousse et, hop tous les méchants lui tirent dessus. Et dans la scène après, son nouveau compagnon de voyage qui lui sort ‘nan mais comment tu savais que ça allait marcher’
et lui de répondre ‘je savais pas, j’ai tenté le coup et comme ils sont très cons, ben ça a marché’.

ha. Ouais. Alors, monsieur quand tu sors un truc scénaristiquement très moyen, t’enfonce pas le clou en faisant dire aux acteurs à quel point ton truc était nul et sortit du chapeau d’un magicien….

Après, quand on passe au delà de ça, c’est un bon film, relativement bien rythmé (mis à part la scène d’aveux la pire de l’histoire du cinéma et qui en plus dure 3 plombes alors que tout le monde s’en fou. Si encore elle avait été creusée, mais non, même pas. c’est plat et fade. Heureusement que l’acteur a une belle gueule pour faire passer la pilule. )

Bon, pis faut avouer que la fin… Ben, je suis pas scénariste ni metteuse en scène hein, mais je l’aurais pas traitée comme ça. On aurait dit du Friends et non du Mission Impossible. Finir sur une bonne scène d’action, ça ça m’aurait plut. Un bon truc qui pète de partout.

Faut croire que les scènes à Dubai ont épuisé le budjet effets spéciaux. Bah !

En fait, je me rend compte en relisant que, même si j’ai bien aimé et que j’ai pas vu le temps passer, y’a quand même pas mal de trucs qui m’ont dérangée dans ce film. Et moi qui croyait que mon esprit avait passé tout le film en mode ‘je comate devant les jolies images… ‘ *surprise*

allé, ma note : 7/10

***

Tient, je viens de me rendre compte… j’ai pas parlé une seule fois du méchant. En même temps…

lettre ouverte au professeur Dukan

Monsieur,

Je vais essayer de rester polie dans cet article que je doute que vous lisiez un jour de toute façon. Mais, la cordialité est de mise lorsqu’on s’adresse à quelqu’un, et je vais exprimer mon opinion ici. Ami lecteur, que tu sois d’accord ou pas avec ce que j’ai à dire, je dois avouer que je m’en moque un peu. Je parle ici de mon expérience personnelle et c’est assez douloureux comme ça de revenir sur certain sujets pour laisser la porte ouverte à la critique vaine et mesquine (qui, de toute façon ne sera pas publiée s’il y a le moindre mot insultant dedans, comme d’habitude).

Reprenons.

Monsieur, je suis tombée sur un article du nouvel observateur qui parlait de ‘mettre en place un module permettant aux adolescents passant leur BAC d’obtenir des points bonus s’ils restaient proche de leur poids idéal’. Ha. Bon. Très bien.

Démontons donc, avec tout le respect que je dois à mes aînés, cette idée.

Premièrement, Monsieur, permettez moi de vous rappeler que l’adolescence est un moment difficile pour tous. Vous êtes sans doute trop vieux pour vous en rappeler, et de toute façon considérez que ça a bien changé depuis la lointaine époque préhistorique à laquelle vous aviez quinze ans.

Moi, l’époque où j’avais quinze ans, elle est pas si loin dans mon dos. Quand j’entrais au lycée, je me trouvais trop grosse. C’est vrai quoi, 59 kilos pour 1m70 c’est énorme. (enfin, non mais dans ma conception de l’époque ça l’était.) Face à moi, j’avais toutes ces filles au corps parfait qui se privaient à longueur de temps pour le rester, qui faisaient en sorte que tout le monde voit à quel point leur ventre était plat, leurs jambes fines et interminables. Et moi, pauvre de moi, j’avais des formes. J’avais des hanches larges, de la poitrine, beaucoup de poitrine. Des cuisses bien marquées. Et, du coup moi… Et bien quand je voyais le corps longiligne de mes camarades, je complexais.

Pourtant, je n’avais rien à complexer. J’étais belle, mais incapable de le voir car… Voyez vous, la télévision, les magasines, toutes ces ‘normes’ de la beauté qui nous ont envahies depuis peut être 15 ans… Et bien, je ne rentrais pas dedans. Je n’étais donc ni dans les normes ni dans les canons de beauté actuels.

Vous savez ce que j’ai fait, cher docteur ?

J’ai arrêté de manger. Je suis devenue anorexique, j’ai passé deux ans à manger le minimum, à dire que je n’avais plus faim à table, à faire croire à ma mère que je mangeais le soir alors qu’en fait j’ouvrais juste le frigo, je remuais deux ou trois trucs dedans et puis je le refermais. C’était facile, personne n’a rien vu.

Et puis, j’ai fais mon premier malaise. Et puis mon docteur m’a obligée à me regarder dans la glace. Sans lui, je ne serais sans doute plus là. Tout ça pour quoi ? Avec le recul, je considère tout ça comme des conneries.

Mais, ce n’est que la première partie de mon histoire. La seconde prend place deux ans et demi plus tard, lorsqu’on m’a mise sous corticoïdes. Des 59 kilos que j’avais réussi à retrouver, je suis passée en deux mois a 89.

‘pouf’

J’ai rien pu faire. Depuis, je me bats pour retrouver ce corps d’avant, et rien ne marche. Certainement pas VOTRE régime, monsieur Dukan. Car, j’ai cédé. J’ai acheté le livre de recette et je l’ai suivit. La première semaine a été spectaculaire, vraiment. 7 kilos en moins. La deuxième a stabilisé le tout. Quand à la troisième… Je suis tombée dans les pommes et ait fini aux urgences avec un fil dans le bras. Et, voyez vous, monsieur, lorsque je leur ai dit que je suivais votre régime, ils m’ont rit au nez.

‘Il n’y a pas pire pour dérégler son corps et finir par tomber dans les pommes à cause du manque d’énergie’, m’a-t-on dit.
Pourquoi ? , leur ais-je demandé
‘Parce que l’énergie est surtout fournie par les glucides, et qu’en ne mangeant que des protéines vous n’en avez pas. Sur certaines personnes qui ont peu de réserves comme vous, c’est le meilleur moyen de finir au cimetière’.

Je cite au mot près les paroles ces urgentistes, car je les avais recopiées ce jour là.

J’en arrive donc au début de mon raisonnement :

Pourquoi, quelqu’un qui a des idées aussi dangereuses que les vôtres -et peu importe votre notoriété, vous êtes dangereux – ose-t-il remettre en question le poids des autres ? Ne vous a-t-on pas appris à l’école de médecine que les adolescent sont des petites bêtes aux idées parfois dangereuses, et que votre quête d’erradiquer les gros ne risque-t-elle pas de conduire à des dérives ? Il suffit de voir ce qu’il m’est arrivé… Et, pourtant personne ne m’a jamais fait de commentaire négatif sur mon corps… Je suis devenue anorexique juste pour ressembler aux gens que je voyais à la télévision.

Je crois néanmoins que vous avez séché nombre de cours, car voyez vous, il y a une notion que vous n’avez pas prise en compte : le calcul de l’IMC est impossible sur les adolescent. Il est plus que fortement recommandé de ne commencer qu’à partir de 18 à 20 ans lorsque la croissance est totalement terminée, et ce de manière sure. (dixit un ami, actuellement en train d’étudier ces cours de nutrition en faculté de médecine)

Je n’ose penser à ce qui pourrait arriver si d’aventure le gouvernement écoutait votre opinion. Rentrez chez vous, Monsieur Dukan, avec votre horde de fidèles. Entretenez donc la secte nutritive que vous avez créée. Mais, laissez donc les autres en paix, avec leurs formes et leurs kilos superflus ! Personne ne vous a rien demandé.

A bon entendeur

sources :
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120103.OBS7974/la-proposition-etrange-du-dr-dukan.html
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/228147-option-dukan-au-bac-quand-la-discrimination-s-empare-de-la-nutrition.html

Bonne année 2012 !

ça y est, 2012 est là !

Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne année !

N’oubliez pas vos kits de survies pour la fin du monde le 21 décembre !

Et, vos bonnes résolutions. Ce n’est pas parce qu’on va tous mourru, qu’il faut se relacher. Voilà les miennes :

-Arrêter de me coucher a 4h du matin
-Me lever plus tôt
-Finir l’écriture d’Equilibre et l’envoyer à un éditeur.
-Trouver un boulot.

Tout est réalisable, pour une fois 😉

Une nouvelle année s’achève…

Et voilà, demain c’est fini. Il va falloir arrêter de mettre 2011 sur tous nos courriers. c’est aussi le moment de prendre de bonnes résolutions et de faire le point sur l’année qui vient de passer.

Pour moi, ça a été relativement dur, bien que moins que 2010 ou 2009, mais tout de même. Déjà, j’ai eu mon BTS, je suis officiellement bac +2, ce qui est une excellente nouvelle. Depuis… je galère à trouver du boulot. Soit je suis pas assez qualifiée, soit je le suis trop. Génial. Et, c’est pas l’ANPE (ou encore ‘ Avec Nous Plus d’Espoir) qui va m’aider. Du coup, j’ai fini l’année en stand by : à attendre de savoir où mon chéri sera muté pour postuler là bas en espérant avoir plus de chances.

Emotionnelement, j’ai faillis péter les plombs plusieurs fois. C’était comme si j’étais usée de l’intérieur : je ne supporte plus grand chose, à commencer par moi. Mes émotions étaient tellement à fleur de peau que c’était comme si j’allais les transpirer. Et, mes kilos en trop n’ont pas aidé. Franchement : je crois que c’est ça le pire. J’arrivais pas à maigrir, on m’a balancé mauvaise nouvelle sur mauvaise nouvelle à ce sujet, et franchement… ça mine à un point.

Du coup, en aout je me suis remise à écrire après deux ans de pause. ça m’a fait un bien fou. c’est comme si je pouvais transposer toutes ces idées qui me passaient par la tête sur du papier et les exorciser. j’ai mis un point final aux trames globales des cinq premiers volumes du Cycle de l’Origine, j’ai une web série qui marche plutôt bien, et potentiellement une seconde. De même, mes écrits sont prolifiques. Je n’irais pas jusqu’à dire ‘bons’ car, en perfectionniste je ne pourrais jamais considéré ce travail comme bon. (je sais parfaitement qu’il y en a qui vont me taper dessus en lisant ça. Mais bon : je suis comme je suis, vous ne me changerez pas ! )

Heureusement, 2011 s’achève sous de bons auspices. J’ai perdu 4kg depuis que j’ai enlevé mon implant (et ça ne fait que 4 jours…) tous mes pantalons flottent (dire que j’ai claqué 150 euros y’a 2 mois en pantalons.. Pfff ! ). Mon moral va mieux, mon chat m’adore et mon chéri aussi. Le moral remonte lentement mais surement vers le beau fixe.

J’ai encore pas mal cette tendance à parler surtout de moi avant de demander aux gens comment ils vont, mais promis : je me soigne !

Changement de nom

Je dois avouer que ce blog sera passé par tous les noms depuis un peu plus d’un an et demi que je le possède. Il faut aussi dire que je n’avais pas eu l’Idée avec un grand ‘I’.

Hier soir, Copinette m’a dit que Larmes d’encre faisait triste (pour le nom du site de nouvelles). Du coup, je suis entrée dans un gros moment de doute. Moi, quand je vois écris quelque chose comme ça, je le trouve poétique. C’est une belle image qui arrive dans mon esprit. Mais, deux autres amies (et les trois ne se connaissent pas entre elles) sont venues me faire le même genre de réflexions dans la soirée.

J’ai donc commencé à réfléchir à un nouveau nom pour le site de nouvelles. Mais, y’a rien qui va. Larmes d’encre, ça me colle vraiment à la peau. ça représente à la fois la poésie qu’implique l’écriture, mais aussi les moments de doutes, les coups durs, les manques d’inspirations, le grattement de la plume sur le papier, les ratures, les gribouillis, etc etc… C’est le ‘bon’ nom. Le nom naturel.

Mais, hier soir j’avais pensé le renommer en ‘lune des Illusions’ ‘Tsuki no sakushi’ 月の錯視 en japonais. Et, je suis aussi tombée amoureuse de ce nom. ça a un petit coté magique et un coté nocturne qui me représente tellement bien.

Revenons donc au nom du blog : De ‘louhagreene’ au tout départ, parce que j’avais aucune idée, il est devenu ‘larme d’encre’. Mais, il y a quatre mois, lorsque j’ai créé le site de nouvelles, j’ai été obligée d’oter ce nom pour une raison très simple : même si le blog et le site sont sur le même serveur, ils n’ont pas grand chose à voir l’un avec l’autre. Le site est assez sérieux, et le blog remplis de conneries, de petits bouts de vie et d’éléments déjantés. Garder le même nom pour les deux, ça peut porter à confusion.

Donc, c’est devenu ‘louha’s blog’. Simple, clair, précis. Mais, j’aime pas.
Je n’aime pas avoir mon nom dans mon titre de site, car j’ai cette image dans la tête que ça fait un peu prétentieux et que les gens vont penser entrer dans ma tête. Et j’ai déjà assez à faire avec une seule personne dans ma tête. ça fait donc quatre mois que je cherchais de façon passive un titre.

‘Lune des illusions’

here we are.

ça me représente. ça montre que je suis une illusion, quelque chose de présent sur internet, mais en même temps tellement différent de la vraie moi. Et, cette lune. Elle m’attire depuis toute petite. Si un jour on peut aller en vacances dessus, je veux en être. La lune est magnifique, si parfaite et en même temps si imparfaite.

Voici le nom définifif du blog : Lune des illusions.

Mais, vous pouvez l’appeler comme vous voulez, au fond. Il ne faudra juste pas vous étonner du changement d’adresse dans quelques semaines ! (je vais rendre le FTP ‘louha greene’ pour en prendre un autre où ce nom n’apparaîtra pas. c’est à voir si un pote accepte toujours d’héberger mes bêtises ou pas 😀 )