Il faut que je vous parle de monsieur J.

ça y est, mon stage est finit. D’un certain coté, j’en suis triste : l’équipe est super sympa, je les adore. Le boulot, il faut avouer qu’il me plait, mais que c’est une horreur de rester debout 8h de suite. C’était mon 3° stage ici, et jusque là tout c’était super bien passé. Cette fois ci, il y avait un petit changement. Deux autres stagiaires avec moi, qui venaient pour la première fois. Autant la fille était adorable, autant le garçon, qu’on appellera monsieur J, était une horreur ambulante.

Monsieur J a un grave problème avec l’autorité. Quoiqu’on lui dise, quoi qu’on lui demande, il se braque, et il part bouder dans la réserve. Il a des problèmes avec ses parents, en parle toute la journée et soûle tout le monde.

Monsieur J, c’est un tsunami : prenons un exemple concret. Tous les matins, il y a une vingtaine de cartons de livres à déballer (c’est loin d’être énorme, j’en avais 70 chaque jour cet été, et ce dans les bons jours. Les mauvais c’était facilement 110). Généralement, comme j’arrive la première, c’est moi qui ouvre les cartons et mets tout sur les chariots. Monsieur J arrive ensuite, et commence à ranger.
Avec n’importe quelle autre personne, ranger les livres, ça signifie prendre le premier chariot et faire le tour du magasin pour remplir les rayons. Avec monsieur J, ça veut dire foutre en l’air toutes les piles (généralement assez hautes), étaler les livres par titre par terre, et aller les ranger un par un.
En tant que ‘vendeuse’, cette technique m’exaspère, car il y en a partout, et que je ne sais plus où poser ce que je sors du carton.
En tant que future ‘manager’, j’ai des envies de meurtres, car après lui avoir expliqué plusieurs fois que, vis à vis du client, mettre un tel bordel par terre c’était inadmissible, que ça donnait une mauvaise image de l’entreprise et des vendeurs. Plusieurs clients ont d’ailleurs fait la remarque, et l’adjointe du chef a légèrement pété les plombs. Pourtant, tous les matins, il recommençait.

Après le rangement en rayon, il faut mettre le sur-stock en réserve. Pour ça, monsieur J aussi a sa méthode. Il s’enferme, une heure ou deux dans la réserve, et quand il en ressort, miraculeusement : c’est tellement bien rangé, qu’on trouvait le même puzzle a 5 endroit différent (alors qu’ils étaient tous rangés au même endroit auparavant, et qu’on en avait pas eu dans les colis ce matin là). J’ai passé plus de 3heures chaque jour a ranger après lui.

Monsieur J est aussi d’un manque de politesse extrême et il ne sait pas articuler. Prenons un exemple :

-Un client vient vers lui pour lui demander quelque chose, il ne le salue pas et lui dit ‘vous voulez quoi ?’ d’un air gêné.

Alors, d’accord, il y a éducation et éducation, je suis certainement sortie d’une éducation rigoureuse (merci papa), et même dans la vie courante, je ne dirais pas ça. Mais, dans la vente, il y a un protocole a respecter : il faut saluer le client dès qu’on le voit, ensuite il faut utiliser un langage un minimum châtié.

Je ne pense pas être la seule à me dire que, si un vendeur me parle comme ça, que j’ai besoin de quelque chose ou pas, je sors du magasin, sans rien acheter, voire je vais me plaindre au manager si je suis dans un mauvais jour.

Monsieur J est aussi un peu parano. Lorsque quelqu’un vient l’aider avec un client, parce qu’il se dépatouille mal, a part si c’est l’adjointe du chef, il va s’en plaindre. Il dit des conneries aux clients sur le système de fidélité (un truc a point avec des réductions) et il n’est pas capable, au bout de trois semaines, de retrouver le moindre livre dans le magasin tout seul. (non non j’exagère pas).

Et, le fin mot de l’histoire, sera la traduction du ‘j’ :
J comme ‘je sais tout mieux que tout le monde même si ça fait 10 jours que je suis là, et je suis aussi sur et certain que mes idées sont meilleures que les vôtres qui bossez là depuis des années. Ah oui et puis, louha je te donne des leçons parce que je sais tout mieux que toi qui est en stage depuis 1 an ici, et quand je fais des conneries(c’est à dire tout le temps) c’est toi qu’on engueule parce que je me fais plaindre. Bah oui, j’ai des soit disant problèmes de famille, personne m’aime et j’ai un peu le syndrome de caliméro’, mais genre jamais j’ouvrirais les yeux assez pour l’accepter. Alors retourne donc jouer aux sims, louha, et laisse moi un peu dans mon délire.

(oui, j’ai dit que j’aimais bien les sims le 1er jour de stage, et il m’a vannée tous les jours avec ça. Encore heureux que j’ai pas parlé de wow !)


http://www.wikio.fr CopyrightFrance.com

  1. Faut que t’ailles absolument acheter un livre là-bas pendant qu’il est encore en stage ! Et t’en profites !

  2. Ça me rappelle un cas qu’on a eu sur une jeune communauté phpBB (communauté A) où je suis graphiste. Un moment donné, un membre (disons Toto) est arrivé et tout de suite il s’est mis à poster pleins de contributions (codes, etc.)… L’un des codeurs désapprouvait sa surutilisation de JQuery pour une balise spoiler tandis que moi, je suggérais de mettre l’appel du script à la fin de la page pour éviter le ralentissement du chargement. Or, tout de suite Toto s’est mis à nous astiner là dessus.
    Puis le jour suivant, notre documentaliste a posté son annonce de recrutement de documentalistes, et PAF ! Toto revient, en demandant des exemples du travail du recruteur, comme s’il voulait le mettre en doute. L’admin et le chef des codeurs lui répondent, mais la discussion tourne au vinaigre et puis Toto se met à menacer l’admin de porter plainte pour diffamation et exiger le retrait de tous ses posts et contributions. L’admin a heureusement sauvegardé une copie d’un échange de MPs entre lui et le gars, et il se trouvait que toto nous écorchait au passage en nous traitant tous de loustics… eh bin, si Mossieu toto voulait une place dans l’équipe (voire la place de l’admin, tant qu’à faire, surtout qu’on aurait dit que c’est ça qu’il voulait), il a raté son coup en agissant de la sorte, car il a été vite mis dans la blacklist, et j’ai prévenu les admins de l’autre communauté phpBB franco (communauté B) de ne pas prendre ce mec car nous avons eu des problèmes avec (ils nous ont confirmé que sa candidature a été refusée). De plus, j’ai découvert que le fameux code de la balise spoiler qu’il avait posté venait en fait d’un des graphistes de la communauté B qui, de surcroît, n’était pas en très bons termes avec notre admin… raison de plus de le blacklister, car il nous aurait amené des ennuis au niveau du droit d’auteur, surtout qu’il ne citait même pas la source…

    En tout cas, c’était la première fois que je voyais notre admin aussi énervé, lui qui n’est pas du genre à s’énerver pour 5 cennes.

    Non mais yen a des fois… Dans le cas de ton boulet, on parie-tu qu’il se fera mettre à la porte avant la fin de son stage parce que tout le monde en aura plein le casque de son comportement ?

  3. C’est le cas : Le chef lui a dit qu’il ne le reprendrais pas pour son 2° stage. J’ai faillis sauter de joie x.X

  4. En passant, mon frère m’a conté qu’il a lui-même un boulet dans sa classe de cuisine (il a commencé en janvier). Le boulet en question, appelons-le « Ti-Gus », est le genre de gars à avoir passé toute son adolescence dans une maison d’accueil pour jeunes ayant des troubles de comportements et qui a fait de la prison et qui est ivre le plus clair de son temps en dehors des cours. Une « loque » comme mon frère le disait
    Et comme ton boulet, Ti-Gus n’écoute pas du tout les consignes et jusqu’à maintenant, il a raté TOUS ses essais culinaires (et ça fait à peine une semaine qu’ils ont commencé la pratique – d’ailleurs on le sait de par les p’tits pas-permis (sucre à la crème, biscuits, muffins – sont bons en sacrament !) que mon frère ramène à la maison, lol !) parce qu’il n’en fait qu’à sa tête ! Genre la prof disait d’ajouter l’huile en un mince filet pendant que tu fouettes les oeufs pour réussir la mayonnaise. Mais non, Ti-Gus sacre l’huile dans les oeufs (ou les oeufs dans l’huile, je ne sais plus) en une grosse shot !
    Et maintenant, ce même boulet est soupçonné d’être à l’origine de la disparition d’un certain montant dans la petite caisse dont le contenu devait servir pour un voyage de groupe organisé en avril pour assister à une convention de cuisiniers (dont mon frère avait justement hâte), mais le hic c’est qu’il n’était pas là le jour où la disparition a été constatée, ce qui épaissit le shmilblick. Mettons que la prof était en maudit.
    mettons qu’il est bien parti pour se faire mettre à la porte s’il continue dans cette voie (anyway, quel resto voudrait un drogué ou un alcoolo qui se fiche des consignes ?)