De mars à Aout…

Que s’est il passé pour moi de mars à Aout ? Longue histoire. Déjà, j’ai déménagé de Nancy à Paris, pour suivre Grounain. Parsi c’était juste génial. J’y étais bien, franchement. J’avais l’impression d’avoir trouvé ma place. Du coup, j’y cherchais du boulot, et surtout… J’écrivais. Parce que, c’était un peu super important pour moi.

J’ai avancé dans presque tous mes projets, entre deux entretiens d’embauche. J’étais bien, je m’éclatais, je voyais franchement pas comment ça aurait pu mal tourner pour moi.

J’ai participé à quelques appels de textes, dont l’un s’est finalement révélé gagnant : en décembre je vais être publiée dans un recueil de nouvelles sur le petit chaperon rouge. J’y crois toujours pas, et j’ai l’impression que je vais recevoir un e-mail me disant qu’en fait, non, j’ai pas été prise, qu’ils se sont trompée de personne. C’est super affreux comme sentiment.M’enfin, c’est moi : je vous ai habitués à mes psychoses 😉

Quoi d’autre ?

En Mai, il y a eu la séance à Disney avec Alex, Chacha et Robin. ça aussi, c’était super fun. Une journée shopping dans les halles (où j’ai démontré mon magnifique sens de l’orientation en perdant chacha dans la station de métro … et en ayant 30 minutes de retard T__T ), et une journée à courir partout dans Disney, à faire les manèges et à rire. J’ai même eu des oreilles de chat *o*

Juin, ça aurait du être le mois de Provins, mais une migraine m’a collée au lit ce week end là, donc je n’ai malheureusement pas pu y faire un tour. On verra pour l’an prochain !

Et puis, Juillet est arrivé… Et tout à changer. Grounain a rompu avec moi, j’ai été me ressourcer chez ma grand mère, puis chez mes parents, j’ai trouvé du boulot chez macdo à Lyon, et j’y habite maintenant depuis un mois. Au fond, je crois que rien n’aurait pu m’arriver de mieux. Moi qui me plaignait toujours de mes kilos en trop, j’en ai perdu 16 depuis juillet, j’ai littéralement fondu de partout. J’ai un boulot qui me plait (oui, ça peut paraître un peu bizarre à lire, mais je m’amuse bien à Macdo, moi ! ) J’ai des amis qui me soutiennent, j’ai renoué des liens avec les gens que j’appréciais et que j’avais un peu perdu de vue.

Quoi qu’il en soit, mon coeur n’est pas prêt de guérir : on ne peut pas oublier cinq ans d’histoire comme ça. Pourtant, je ne reviendrais pas en arrière. J’ai rarement été aussi heureuse et épanouie depuis des années. Et, ça semble durer !

Alors, keep moving on !

six mois plus tard…

Et oui, ça fait déjà un moment depuis que j’ai posté mon dernier article… Bah, c’est pas dramatique : je n’ai jamais habitué mes lecteurs potentiels à une régularité hors norme.

Enfin, il s’est passé beaucoup de choses depuis l’or, mais ça fera l’objet d’un autre article, plus détaillé ! Aujourd’hui, j’avais juste envie de passer un coup de balais et de vous dire : oui ! je suis encore vivante.

Et on se quitte en musique, avec une demoiselle qui, bien qu’elle ai un gros accent français, chante merveilleusement bien :

Je devais…

A la base, je devais maintenir ce blog en vie de manière régulière. Poster des petits bouts de ma vie, partager mes critiques de cinéma. Et puis, j’ai déménagé. Du coup : deux mois plus tard (à peu un mois près), je me rends compte que la liste de trucs à partager est de plus en plus longue, et qu’elle ne risque pas d’avancer.

BREF.

Aujourd’hui, je devais vous parler de mon déménagement, mais je n’ai pas fini l’article (qui tourne en gros benny hill, mais vu que ça me concerne, ça ne doit même plus vous surprendre, amis lecteurs. Et : non, je n’exagère jamais mes galères. Non non non, tout es vrai. )

Du coup, comme je n’ai plus vraiment la motiv’ de finir cet article, et bien je vais vous parler du forum RP que je monte. Et bah oui. Tant pis pour le déménagement.

Un forum RP, tout d’abord c’est quoi ? C’est un forum sur lequel on s’inscrit pour incarner un personnage fictif, inspiré de qui vous voulez ou de personne à la fois. Ce personnage sera plongé dans un univers généré par le Maître du Jeu (Romain et moi en l’occurrence. )

Cet univers est basé sur l’approche de l’apocalypse : Nous sommes dans une école sur la lune de Jupiter. Dieu fait la sieste, Lucifer et ses cohortes de démons commencent à influer sur la Terre en créant des catastrophes naturelles et en poussant les Hommes aux révoltes et aux Guerres, et pendant ce temps des étudiants tentent de contrôler leurs dons magiques, avec l’espoir de faire un jour pencher la balance d’un coté où de l’autre.

L’école est neutre, et on y trouve tant des professeurs humains, démons ou anges.

Vous, vous êtes là pour incarner l’un des personnages ‘intrigue’ ou un personnage inventé et pour évoluer autour de l’intrigue principale. Plusieurs ‘extensions’ sont prévues en fonction du succès du forum.

ça vous tente ?

lettre ouverte au professeur Dukan

Monsieur,

Je vais essayer de rester polie dans cet article que je doute que vous lisiez un jour de toute façon. Mais, la cordialité est de mise lorsqu’on s’adresse à quelqu’un, et je vais exprimer mon opinion ici. Ami lecteur, que tu sois d’accord ou pas avec ce que j’ai à dire, je dois avouer que je m’en moque un peu. Je parle ici de mon expérience personnelle et c’est assez douloureux comme ça de revenir sur certain sujets pour laisser la porte ouverte à la critique vaine et mesquine (qui, de toute façon ne sera pas publiée s’il y a le moindre mot insultant dedans, comme d’habitude).

Reprenons.

Monsieur, je suis tombée sur un article du nouvel observateur qui parlait de ‘mettre en place un module permettant aux adolescents passant leur BAC d’obtenir des points bonus s’ils restaient proche de leur poids idéal’. Ha. Bon. Très bien.

Démontons donc, avec tout le respect que je dois à mes aînés, cette idée.

Premièrement, Monsieur, permettez moi de vous rappeler que l’adolescence est un moment difficile pour tous. Vous êtes sans doute trop vieux pour vous en rappeler, et de toute façon considérez que ça a bien changé depuis la lointaine époque préhistorique à laquelle vous aviez quinze ans.

Moi, l’époque où j’avais quinze ans, elle est pas si loin dans mon dos. Quand j’entrais au lycée, je me trouvais trop grosse. C’est vrai quoi, 59 kilos pour 1m70 c’est énorme. (enfin, non mais dans ma conception de l’époque ça l’était.) Face à moi, j’avais toutes ces filles au corps parfait qui se privaient à longueur de temps pour le rester, qui faisaient en sorte que tout le monde voit à quel point leur ventre était plat, leurs jambes fines et interminables. Et moi, pauvre de moi, j’avais des formes. J’avais des hanches larges, de la poitrine, beaucoup de poitrine. Des cuisses bien marquées. Et, du coup moi… Et bien quand je voyais le corps longiligne de mes camarades, je complexais.

Pourtant, je n’avais rien à complexer. J’étais belle, mais incapable de le voir car… Voyez vous, la télévision, les magasines, toutes ces ‘normes’ de la beauté qui nous ont envahies depuis peut être 15 ans… Et bien, je ne rentrais pas dedans. Je n’étais donc ni dans les normes ni dans les canons de beauté actuels.

Vous savez ce que j’ai fait, cher docteur ?

J’ai arrêté de manger. Je suis devenue anorexique, j’ai passé deux ans à manger le minimum, à dire que je n’avais plus faim à table, à faire croire à ma mère que je mangeais le soir alors qu’en fait j’ouvrais juste le frigo, je remuais deux ou trois trucs dedans et puis je le refermais. C’était facile, personne n’a rien vu.

Et puis, j’ai fais mon premier malaise. Et puis mon docteur m’a obligée à me regarder dans la glace. Sans lui, je ne serais sans doute plus là. Tout ça pour quoi ? Avec le recul, je considère tout ça comme des conneries.

Mais, ce n’est que la première partie de mon histoire. La seconde prend place deux ans et demi plus tard, lorsqu’on m’a mise sous corticoïdes. Des 59 kilos que j’avais réussi à retrouver, je suis passée en deux mois a 89.

‘pouf’

J’ai rien pu faire. Depuis, je me bats pour retrouver ce corps d’avant, et rien ne marche. Certainement pas VOTRE régime, monsieur Dukan. Car, j’ai cédé. J’ai acheté le livre de recette et je l’ai suivit. La première semaine a été spectaculaire, vraiment. 7 kilos en moins. La deuxième a stabilisé le tout. Quand à la troisième… Je suis tombée dans les pommes et ait fini aux urgences avec un fil dans le bras. Et, voyez vous, monsieur, lorsque je leur ai dit que je suivais votre régime, ils m’ont rit au nez.

‘Il n’y a pas pire pour dérégler son corps et finir par tomber dans les pommes à cause du manque d’énergie’, m’a-t-on dit.
Pourquoi ? , leur ais-je demandé
‘Parce que l’énergie est surtout fournie par les glucides, et qu’en ne mangeant que des protéines vous n’en avez pas. Sur certaines personnes qui ont peu de réserves comme vous, c’est le meilleur moyen de finir au cimetière’.

Je cite au mot près les paroles ces urgentistes, car je les avais recopiées ce jour là.

J’en arrive donc au début de mon raisonnement :

Pourquoi, quelqu’un qui a des idées aussi dangereuses que les vôtres -et peu importe votre notoriété, vous êtes dangereux – ose-t-il remettre en question le poids des autres ? Ne vous a-t-on pas appris à l’école de médecine que les adolescent sont des petites bêtes aux idées parfois dangereuses, et que votre quête d’erradiquer les gros ne risque-t-elle pas de conduire à des dérives ? Il suffit de voir ce qu’il m’est arrivé… Et, pourtant personne ne m’a jamais fait de commentaire négatif sur mon corps… Je suis devenue anorexique juste pour ressembler aux gens que je voyais à la télévision.

Je crois néanmoins que vous avez séché nombre de cours, car voyez vous, il y a une notion que vous n’avez pas prise en compte : le calcul de l’IMC est impossible sur les adolescent. Il est plus que fortement recommandé de ne commencer qu’à partir de 18 à 20 ans lorsque la croissance est totalement terminée, et ce de manière sure. (dixit un ami, actuellement en train d’étudier ces cours de nutrition en faculté de médecine)

Je n’ose penser à ce qui pourrait arriver si d’aventure le gouvernement écoutait votre opinion. Rentrez chez vous, Monsieur Dukan, avec votre horde de fidèles. Entretenez donc la secte nutritive que vous avez créée. Mais, laissez donc les autres en paix, avec leurs formes et leurs kilos superflus ! Personne ne vous a rien demandé.

A bon entendeur

sources :
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20120103.OBS7974/la-proposition-etrange-du-dr-dukan.html
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/228147-option-dukan-au-bac-quand-la-discrimination-s-empare-de-la-nutrition.html

Un entretien plus tard…

Dans les bonnes résolutions que j’ai prises en découvrant la réouverture des manuscrits chez Bragelonne, il y avait aussi ‘mettre à jour plus souvent le blog’. Mais, la liste de ces résolutions viendra dans un prochain article, histoire que vous vous moquiez bien de moi, car il y a des trucs vachement absurdes.

Du coup, je tiens cette résolution là en venant aujourd’hui vous parler de l’entretien que j’ai eu pour mon alternance potentielle.

Déjà, ce matin j’arrivais pas à me lever. Je ne voulais pas sortir de la douceur bienfaisante de mon lit. Car, sortir du lit signifie aussi commencer la journée. Or, ce matin, j’avais envie d’avoir 5 ans à nouveau, de en plus m’embêter avec les trucs de grands. Du coup, j’ai retardé le plus possible ce moment fatidique.

Sauf qu’on a beau repousser encore et encore, arrive un moment où on ne peut plus. Où il faut bien se décider à avancer. Pour moi ça a été quand je me suis rendue compte que j’avais perdu tout mon répertoire téléphonique à cause d’une saloperie d’option que j’avais cochée y’a deux ans. (mais je n’ai découvert que c’était ma faute qu’après avoir insulté copieusement le logiciel. Evidemment. ) Bon, l’avantage c’est que je garde tous mes sms donc que j’ai pu récupérer presque tous les numéros (enfin, ceux qui me servaient super régulièrement en tout cas.) J’avais juste un doute entre deux personnes. Toutes deux me parlaient régulièrement de la même chose : capoera, GN, wow…

Le désavantage, c’est qu’en perdant les contact, j’ai aussi perdu leurs anniversaires, leurs mails, etc… La technologie c’est bien. Sauf quand ça merdouille. C’est pour ça que j’ai aussi tout sur papier. Enfin, si je remets un jour la main sur le carnet rose fluo dans lequel tout est écrit proprement.

Après l’étape douche-maquillage-habillage, j’ai déjeuné et je suis partie. Heureusement pour moi, le GPS a fonctionné et m’a menée directement au bon endroit. A triffouillis les oies, joli petit port de pêche à 30km de chez moi. Bon, c’est tout droit pour y aller. Presque.

Arrivée à 14h tout pile. Dans le genre ponctuelle o//

Un mec d’une trentaine d’année m’a ouvert et l’entretien a commencé. Il m’a demandé de me présenter, les questions bateaux d’un entretien. Sauf qu’au bout de 25-30 minutes, l’un de ses employés est arrivé et qu’ils ont disparut une bonne demi heure, me laissant toute seule avec la secrétaire. BON. D’accord.

Quand il est revenu il a mis fin à notre entrevue, en me disant qu’il allait voir un dernier truc avec les OPCA et qu’il me recontactait car mon profil lui plaisait bien.

Bon. Advienne que pourra !

Quand tout va bien. Ou presque.

ça commence à faire un petit bout de temps que je n’ai pas posté d’article ‘perso’ là dessus. Peut être parce que j’avais pris l’habitude de me plaindre, et qu’en ce moment : tout va bien.

J’ai donc obtenu mon BTS en juin, et après quelques péripéties, je me suis retrouvée au chomage. Au lieu de me mettre à désespérer, j’ai utiliser ce temps libre pour faire quelque chose qui me plait depuis toujours : écrire.

Vous avez donc pu voir la naissance de Larmes d’encre. au départ, cette redirection menait ici, mais je l’avais achetée en juin dans le but d’en faire mon site de nouvelles. Cet été, j’avais travaillé sur une fiction dans l’univers d’X-Men pour un concours : je n’ai pas gagné le concours mais j’ai obtenu une vitrine. X-Men me permet de publier sur internet quelque chose qui ne rentre pas dans mes univers.

Je m’étais fait voler une idée (et des chapitres entiers) il y a quelques années, j’avais peur que ça recommence, du coup il m’était compliqué de publier l’une de mes fictions originales. Désormais, j’ai donc X-Men, qui sera publié à raison d’un chapitre minimum par mois : le 20. En ce moment je suis relativement productive donc c’est tous les 15 jours.

Je me suis aussi inscrite sur plusieurs communautés d’auteurs, et franchement c’est l’extase pour moi. J’avais toujours eu cette impression d’être à part avec ma passion pour l’écriture. Maintenant, je suis entourée de tous un tas de gens qui comprennent ce virus dont je suis atteinte depuis ma plus tendre enfance.

Ces communautés me permettent aussi d’avancer pas mal, de travailler et retravailler mes points faibles et d’améliorer encore plus mes points forts. ça, c’est la catégorie ‘ 500 mots’ sur le site.

Il y a aussi la catégorie ‘nouvelle’ qui comprend tous mes textes plus longs.

Voilà. Tout ça c’était pour le site.

Dans ma vie perso, je suis sur le point potentiel de commencer une formation RH. Jeudi j’ai un entretien pour l’entreprise qui devra me prendre en alternance. sur ce point, c’est wait and see, croisons les doigts. J’en reparlerai dès que j’ai la réponse définitive du monsieur.

Maintenant, je vais développer un point qui m’attire, me fascine et me terrifie en même temps. Bragelonne vient de réouvrir les envois de manuscrits. Pour vous, ça ne veut peut être rien dire. Pour moi, ça correspond à l’achèvement d’une promesse que je m’étais faite il y a très, très longtemps.

A l’époque, j’avais 14 ans, je venais de commencer à réfléchir sur ‘Le cycle de l’Origine’. Je me suis promis que, si je devais le publier un jour, ça serait chez bragelonne. Depuis, j’ai pas mal grandis, j’ai 24 ans : cela fait 10 ans que je travaille sur les trames des différents volumes, j’avais même rédigé les premiers chapitres de l’équivalent du volume 3. Il y a un mois et demi, j’ai commencé la rédaction du premier. Je me sentais enfin ‘prête’, suffisamment mature pour la sortir, pour accoucher de l’histoire, pour distiller les informations qui vont me permettre d’avancer sur les autres.

Et, c’est à ce moment que tombe l’annonce que j’attendais et redoutais à la fois. C’est comme ci ce rêve devenait tangible, que je pouvais le toucher du doigt. Pourtant, la peur reste : et si ça n’était pas assez bon ? Et si mon style ne plaisait pas ? Et si je n’étais pas capable d’aller jusqu’au bout de mon histoire ?Et si…

Avec des Si, je sais parfaitement que je ne vais pas avancer bien loin. J’ai tellement envie, c’est comme un besoin irrépressible d’être publiée. Pas pour la renommée, pas pour l’argent, pas pour être connue, mais pour partager cette histoire qui me hante depuis dix ans maintenant.

Mais, comme le disait ma prof de marketing : je manque cruellement de confiance en moi, je passe mon temps à douter et à me poser des questions. C’est à la fois une force, car je pose les bonnes questions, et une faiblesse car tant que je n’ai pas de réponses, ça tourne encore et encore dans ma tête. Je sais que, tout au long de ma rédaction d’Equilibre, ça va me titiller, me faire douter, me faire reculer. Je vais trouver mon travail nul, inutile, pas assez bon.

Et quand viendra le moment d’envoyer, enfin le manuscrit, j’ai peur de ne pas avoir le courage. J’ai peur d’essuyer un refus et de voir mon rêve voler en éclats, et que ces éclats me coupent et me détruisent à petit feu.

Je pense que je vais avoir besoin de mes amis pour traverser ça, je sais que je vais être chiante, je sais que je vais beaucoup leur demander. Mais, s’ils ne m’aident pas à vaincre ces doutes, je sais aussi que mon rêve restera incessible.

En fait, je suis lâche.

nb : je n’avais pas prévu la tournure qu’a prit cet article, franchement ça m’a fait du bien de mettre des mots sur ce malaise d’auteure qui a toujours été dans mon ombre. Là j’en ai les larmes aux yeux, mais le coeur et les épaules plus légers.

Les boulets – Bis

slt ca va ou koi,franchmnt je te trouve charmante,tu px me pass ton msn pr discuté??
mmh.. j’hésite entre faire le correcteur orthographique et te renvoyer ballader méchant.
On est en france, on par le français, pas le sms, merci.

c bzt ton afaire
bzt ?
c bzr ton afaire
bizarre ?
non, c’est normal. Ecrire correctement sur internet, c’est montrer un minimum de respect a la personne a laquelle tu t’adresse.
ms t parle de koi la,n c normal je te trouve charmante et je vx discuté c tt,,,ba dsl et bon soiréé
je parle de la façon dont tu écris, je veux bien discuter, ça pas de soucis, mais PAS EN SMS. PAS EN ABREVIATIONS ! je comprends rien, je n’ai jamais utilisé le langage sms de ma vie et je suis obligée de demander a des amis de me traduire tout ce que tu dis. C’est chiant.
ohh mon dieu t parle bcp sans savoirr,,,
Ce que je sais en tout cas, c’est que tu fais une faute par mot…
ba je demande pardonnr
déjà mieux 😀 j’ai pas eu besoin de ma copinette-traductrice ! <3
si tu le di
Bon, sinon tu fais quoi dans la vie ? Etudes, boulot ? Glandouille ?
chui pientre en batiment et toi
j’attends les résultats de mon BTS management (ça tombe jeudi, j’ai un peu la trouille) et ensuite je ferais une licence ^^
c cool je te souhaite une bn chance,,,t tu tapelle comment
louha =)
moi c amin enchanté,,,j ss que t dormir mnt on se parle